vendredi 19 juillet 2013

Mapuche de Caryl FEREY

Caryl Ferey est un auteur que j'ai découvert par hasard il y a quelques années et qui m'a fait frémir avec les excellents Haka et Utu.
Aussi, c'est donc pleine d'enthousiasme que j'ai ouvert ce livre d'autant que cette fois-ci, il s'agissait d'une enquête menée en Argentine.

Une fois n'est pas coutume, je copie la quatrième de couverture qui, je trouve, est très bien faite et résumera beaucoup mieux que moi ce livre intense, et aussi, avouons-le, parce que je suis en vacances et que j'ai tendance à fuir l'ordi et préférer lire.

Alors, de quoi est-il question ?

Jana est Mapuche, fille d'un peuple indigène longtemps tiré à vue dans la pampa argentine.
Rescapée de la crise financière de 2001-2002, aujourd'hui sculptrice, Jana vit seule à Buenos Aires et, à vingt-huit ans, estime ne plus rien devoir à personne.
Rubén Calderon aussi est un rescapé un des rares « subversifs » à être sorti vivant des geôles clandestines de l'École de Mécanique de la Marine, où ont péri son père et sa jeune soeur, durant la dictature militaire.
Trente ans ont passé depuis le retour de la démocratie. Détective pour le compte des Mères de la Place de Mai, Rubén recherche toujours les enfants de disparus adoptés lors de la dictature, et leurs tortionnaires...
Rien, a priori, ne devait réunir Jana et Rubén, que tout sépare. Puis un cadavre est retrouvé dans le port de La Boca, celui d'un travesti, « Luz », qui tapinait sur les docks avec « Paula », la seule amie de la sculptrice. De son côté, Rubén enquête au sujet de la disparition d'une photographe, Maria Victoria Campallo, la fille d'un des hommes d'affaires les plus influents du pays. Malgré la politique des Droits de l'Homme appliquée depuis dix ans, les spectres des bourreaux rôdent toujours en Argentine. Eux et l'ombre des carabiniers qui ont expulsé la communauté de Jana de leurs terres ancestrales...


J'ai eu la chance de rencontrer Caryl Ferey il y a un an lorsqu’il était venu dans une "librairie de chez moi" présenter son roman. 
J'avais été fascinée de l'entendre parler du travail de recherche qu'il a effectué afin de pouvoir écrire sur le thème sans raconter de bêtises. Caryl Ferey a passé du temps en Argentine, a rencontré beaucoup de personnes, s'est documenté énormément. Et cela se ressent tout de suite, dès les premières pages du roman.
Oui, c'est un roman noir mais c'est aussi sans conteste un documentaire sur ce que fut la dictature en Argentine.
J'ai trouvé cela très intéressant. J'ai appris beaucoup, sur la dictature, sur ce trafic d'enfants, sur l'organisation mise en place par les grand-mères pour retrouver les enfants disparus. Vraiment, je suis contente d'avoir pu découvrir cela... Et oui, j'ignorais tout de ça et c'est juste chouette de pouvoir apprendre de cette façon.

Dans ce roman, j'ai aussi retrouvé les éléments qui m'avaient déjà plu : des personnages noirs, très noirs, au passé sombre, des personnages passionnés, une intrigue vraiment bien ficelée et une fin "waouh".

Donc oui, Mapuche vaut clairement le détour.
Ce n'est pas un coup de coeur pour moi, j'ai souffert de longueurs, j'étais impatiente de voir l'intrigue avancer mais bon, je conseille quand même ce thriller.
J'ai refermé mon livre en me disant : "Waouh, quel boulot quand même !" 

 

1 commentaire:

  1. Il manque ZULU a ta liste, n'hésite pas car il est excellent !

    RépondreSupprimer